Les riverains

Un nombre de voisins intéressés par le projet, grandissant d'année en année...

L'esprit

Collaboration, expériences partagées et convivialité...

L'association

Elle fédère, met en relation, et coordonne les différents projets.

C’est l’histoire d’un mec, qui habite vers le Sacré-Cœur à Bordeaux, et qui en a marre de manger de la merde, qui a envie de mettre les mains dans la terre, de semer une graine, de la voir germer, pousser, s’épanouir, donner de beaux fruits, de beaux légumes, qui a envie de la regarder grandir, de la cueillir avec reconnaissance, de la savourer avec amour, de la faire savourer à l’autre, de l’offrir en présent, à un ami, à un voisin qui passe. Et tout ça en pleine ville…

Heureusement le mec a un voisin sympa qui lui prête son jardin en friche et il le transforme en potager. Premières joies, premières découvertes : apprendre la patience, ressentir l’humilité devant la nature, jouir du plaisir de gratter la terre, de la sentir, encore vivante, dans ses mains, prête à vous faire plaisir, à vous donner ses fruits, à vous nourrir.
Alors le mec a une idée : créer une asso pour initier ce genre de collaborations potagères entre voisins. Ça marche moyen : beaucoup de jardineurs intéressés, peu de jardins offerts dans un quartier d’échoppes bordelaises où il faut entrer dans l’intimité de la maison pour accéder au jardin. Communication trop généraliste, anonyme et indifférenciée, peu de lien social, pas de réseau… il faut repartir de la base, à l’échelle de la rue, se parler, utiliser le bouche à oreille. En octobre 2011, l’association lance un nouveau projet : végétalisation urbaine, embellissement des rues, convivialité du quartier. Suivent huit mois d’activités : connaître les normes d’occupation de l’espace public, obtenir des autorisations, solliciter les services techniques municipaux et surtout rencontrer les riverains, les mobiliser, distribuer des tracts, organiser des réunions de concertation, des chantiers collectifs, des moments de convivialité.

Cette fois, les voisins sont bien plus nombreux à se manifester, beaucoup sont ravis de trouver, au sein d’une association très locale, l’occasion de partager graines, plants, connaissances, expériences… En mai 2012, vingt-cinq jardinières jalonnent la rue Faidherbe. Le mec, il montre l’exemple et un jasmin grimpe à la façade, les tournesols ont remplacé les pavés, on connaît le prénom des voisins et de leurs enfants, on réceptionne un paquet, on se prête un outil, on nourrit une tortue et on arrose le jardin du voisin absent… On se salue le matin :

« Bonne journée !
– Merci, à vous aussi ».

Et puis, ponctuellement, on se rassemble un après-midi pour construire d’autres jardinières, desceller des pavés, planter. Après, on boit, on mange, on danse, dans la rue redevenue quelques heures, piétonne, douce, et joyeuse. L’association est mieux connue, les adhérents passent d’une vingtaine de foyers à cinquante en 2013, le projet s’étend aux rues environnantes.

Mais l’idée potagère est toujours là… Elle renaît lorsqu’une place de stationnement se libère sur un petit terrain en bordure de la rue Faidherbe. En novembre 2014, l’association le loue et y installe un potager coopératif et pédagogique. Une vingtaine de voisins gravitent autour de ce lieu lors de rencontres bi-mensuelles et inoculent dans le quartier l’envie de transformer son jardin en terre nourricière. Lors de la fête annuelle en mai 2015, près de 200 personnes passent rue Faidherbe, le pot’coop est l’objet de tous les regards, les voisins se partagent les plants de tomates, poivrons et aubergines mis à disposition, les installent chez eux, sur les trottoirs… Le 100e foyer adhérent sera bientôt fêté, de nouvelles collaborations potagères se profilent…
Le mec, il a eu une chouette idée, et comme la graine, elle a germé, s’est développée, et commence à porter de beaux fruits.

Aidons-la à grandir.